-= C Esstra =-

Curry au lait de coco

26 02 2008

Bon, okay, ça n'a rien de péruvien comme plat. Mais c'est un plat que j'adore. Et simple à préparer qui plus est. Il suffit d'avoir les épices, et du lait de coco, et le tour est joué.


Pour la viande, vous pouvez opter pour celle que vous voulez. Parfois, quand on reçoit, on ne peut pas utiliser de porc. D'autres fois, c'est l'agneau qui est à proscrire. C'est pour ça que cette fois, je l'ai fait avec de la dinde.


Un dernier truc : vous trouverez au moins 3000 recettes différentes de curry au lait de coco sur Internet. Je ne prétend pas que le mien est le meilleur, ni le plus traditionnel (je n'ai aucune famille ailleurs qu'en France), ni l'ultime. Il est juste bon, testé et approuvé. Il est esstra, en somme. :)

Lire la suite

Du retard dans le blog ? c'est la faute du Pérou m'dame !!

21 02 2008

Ceux qui commencent à suivre quotidiennement ce blog (et ils sont de plus en plus nombreux, et je les en remercie) se sont sans doute rendu compte d'un certain relâchement ces derniers temps. Et bien rassurez-vous !! Ce contre temps est du à des préparatifs de voyage. Et pas n'importe quel voyage, puisque nous partons au Pérou, destination number one dans nos rêves depuis plusieurs années.


On va passer en 3 semaines de la mer (Lima) à 4500m d'altitude (col avant de rejoindre Colca), du désert d'Ica à l'humidité de l'amazonie (Puerto Maldonado), des lignes de Nazca aux ruines du Machu Pichu, sans oublier le lac Titicaca. Un voyage qui promet d'être énorme !! :)


Et bien entendu, il va falloir qu'on mange. Et comme notre but est de s'imprégner de la vie locale, on va tout tester, y compris les plats les plus surprenants. Donc, préparez-vous à faire rebondir votre univers culinaire vers de nouveaux horizons, préparez vos papilles, et gardez les yeux grands ouverts. Je ne sais pas encore si j'aurais l'occasion de poster sur ce blog depuis le Pérou, mais je vous prépare en ce moment au moins une recette par semaine qui seront publiées au fur et à mesure. Mais si j'ai l'occasion, je vous ferai un petit coucou de là-bas.


En attendant, si vous visualisez la suite de cet article (en cliquant sur le titre ou sur "lire la suite"), vous pourrez avoir un petit aperçu de quelques plats peruanos.

Lire la suite

Saint-Valentin : offrez-lui des fleurs (et mangez-les)

13 02 2008

Bon, je crois que ces derniers temps, il est difficile de passer à côté de cet événement ... Pour certains, hors de question de rentrer dans ce jeu marketing, pour d'autres, c'est une bonne occasion de faire un petit truc spécial avec sa moitié. Et quoi de mieux pour des amateurs de cuisine que de concocter un petit repas un peu original ?


Et bien si vous êtes en panne d'inspiration, voilà une recette que j'ai testé et que nous avons approuvée à deux. Il s'agit d'une petite salade d'herbes fraiches et de fleurs, accompagnée de gambas marinées puis grillées, le tout assaisonné avec une vinaigrette de lavande. L'association est sympathique, et manger des fleurs reste une expérience rigolote, surtout au soir de la Saint-Valentin. Attention tout de même à ne pas manger le bouquet que monsieur ou madame vous a offert, cela risque de gâcher quelque peu votre soirée :)


PS : désolé pour la qualité de la photo, mais j'ai eu quelques problèmes avec mon appareil, et j'ai du me rabattre sur une antiquité

Lire la suite

Tarte tatin destructurée

12 02 2008

Vous avez remarqué ? La mode est à la gastronomie inventive. Parfois moléculaire, souvent décomplexée, mais toujours pétillante, la cuisine moderne étonne et bouscule les standards. Même sur ce modeste blog, qui n'est pourtant pas à la pointe de la gastronomie française, vous avez pu voir apparaitre des ingrédients bizarroïdes tels que la lécithine de soja, ou encore l'isomalt. Mais à mon sens, le risque est de tomber dans l'excès. Ne pas rendre la cuisine esclave de ces nouvelles textures, mais plutôt se servir de cette mouvance afin de dépoussiérer les standards.


Aujourd'hui, je vous propose donc une "déstructuration". Loin de moi l'idée de me prendre pour un Thierry Marx ou un Ferran Adrià... Non, je n'en ai ni le talent, ni le temps, ni les moyens. Je vous propose juste un petit dessert dépoussiéré qui en bouche aura le même goût que l'original : une tarte tatin aux pommes déstructurée. Dans la recette telle que je vous la présente, j'ai d'ailleurs oublié de mettre la pâte, et du coup, on est bien plus proche de la pomme au four déstructurée. Mais au goût, j'ai retrouvé l'alliance de la pomme et du caramel propre à cette tarte si mystérieuse (tatiiiiiiin).


Lire la suite

Joue de porc et barigoule de topinambour

08 02 2008

En voilà une association intéressante !! Association qui parait rustique, et qui pourtant révèle une finesse très intéressante. Association aussi d'un produit et d'un plat dont on fait trop peu l'éloge à mon sens.


Pour commencer, la joue de porc. C'est bien connu, tout est bon dans l'cochon. Mais y'a quand même certaines choses meilleures que d'autres. Et pour moi, la joue de porc est sans conteste un des meilleurs morceaux du cochon. Tendre, très goûteux, qui fond dans la bouche. Un régal.


Pour la barigoule, c'est une autre histoire. Je pense qu'avant de lire ce blog, peu de personnes connaissaient ne serait-ce que le mot de ce plat du sud. Et même ceux connaissant ce terme risquent d'être surpris par la recette. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce qu'après maintes recherches sur Internet, je ne suis jamais tombé sur cette recette qui me vient de ma grand-mère. Alors deux possibilités : soit c'est une recette endémique de ma famille, soit ma grand-mère se trompe de nom. Comme j'ai trop de respect pour elle, je vais donc choisir la première solution. :)


Pour faire mon original, j'ai cependant un peu modifié la recette de la barigoule en remplaçant les traditionnels artichauts par des topinambours, mon coup de coeur de l'hiver. Suivez bien les instructions, c'est simplissime, mais c'est esstra ! :)

Lire la suite

Cuisson fumée en cocotte : le pigeon

05 02 2008

Ce mardi, je vous propose une nouvelle fiche technique : la cuisson fumée en cocotte. J'ai découvert cette cuisson il y a plus d'un an à l'occasion d'une émission de cuisine à la télévision (à moins que ce ne soit sur Internet, je ne me souviens plus). J'ai essayé de la reproduire de nombreuses fois chez moi, et j'ai été surpris de constater qu'une idée aussi fumeuse (jeux de mots) pouvais s'avérer bigrement efficace.


Le concept de ce mode de cuisson et de recouvrir le fond d'une cocotte en fonte d'herbes aromatiques sèches, d'y mettre le feu, de jeter dedans un aliment et refermer le couvercle à la vitesse de l'éclair. Le manque d'oxygène éteint instantanément le feu, produisant une intense fumée aromatique. La pièce termine de cuire dans un four, comme une cuisson en cocotte classique.


A l'ouverture, l'aliment ainsi cuit se charge d'un goût d'herbes arômatiques fumées. La chair conserve tout le moelleux d'une cuisson en cocotte, et le plat s'en trouve alors sublimé. J'ai testé le procédé avec des filets de poisson et des volailles. Comme exemple, pour aujourd'hui, vous aurez le droit à un petit pigeon (ma folie du moment) fumé ainsi aux branches de genièvre et de romarin.

Lire la suite

Tartare de thon rouge et radis noir

02 02 2008

Aujourd'hui, petite recette légère et pleine de vitamines et autres bienfaisants de l'organisme : du poisson cru (riche en omega 3), du radis noir, de l'huile d'olive, une pointe d'acidité et un brin d'originalité. C'est frais, ça a du goût, et ça fait du bien de sortir un peu des soupes et autres plats hivernaux.


Mais pour une fois, la recette ne sera pas mesuré pil poil. Vous aurez la liberté de choisir certains ingrédients. C'est d'ailleurs comme ça que je conçoit modestement la cuisine : des bases, de l'inventivité, et du partage. Je n'aime pas quand les gens s'enferment dans des préceptes établis, sans jamais vouloir en bouger : l'immobillisme conduit à la stagnation, et un jour ou l'autre la stagnation conduit à la mort. La cuisine doit être vivante, doit bouger, doit s'enrichir, doit même parfois savoir s'appauvrir pour repartir de plus belle.


Alors on relève ses manches, on ouvre ses placards, on réactive sa mémoire olfactive, et on suit cette petite recette en ajoutant sa touche personelle :)

Lire la suite