-= C Esstra =-

Recette de Tokelau : Tartare de langoustines au kiwi et au lait de coco.

20 04 2009


Voilà quelques temps, j'ai décidé de participer à un petit jeu de la toile intitulé "Le tour du monde en 232 recettes". Le concept est simple : proposer aux bloggeurs de réaliser une recette typique d'un pays tiré au hasard parmi les quelques 232 pays du monde. Vous me connaissez, je suis homme de défi et je souhaitais tirer un pays particulièrement inconnu. Et comme le sort est mon allié, j'ai dû réaliser une recette typique de ... Tokelau !!! La vache !!!


Alors, tout d'abord, un peu de culture. Mon ami pour la vie, M. Wikipedia, nous indique que :

Les Tokelau constituent un archipel de trois îles polynésiennes, Fakaofo (2,6 km²), Nukunonu (5,4 km²) et Atafu (2,2 km²), qui s'étendent sur une distance de quelques 170 km dans le Pacifique-Sud, à mi-chemin entre Hawaii et la Nouvelle-Zélande. Les Tokelau font partie intégrante de la Nouvelle-Zélande, tout en étant doté d'un statut particulier et d'un système juridique autonome.

Je vous invite à aller lire la suite de l'histoire de ces îles que j'ai trouvé fascinante.


Après cette saine lecture, je me suis posé les questions qui brûlent les lèvres des plus impatients d'entre vous : "C'est quoi leur plat typique ?". Et bien en fait ... heu ... y'a rien sur le web. Quelques bribes par ci par là, mais pas de vrai plat typique, avec un nom et tout et tout. N'écoutant que mon courage et mon opiniâtreté, j'ai enfourché une pirogue et me suis rendu par delà les flots. Ce qui explique le mois de retard que j'ai pris à rédiger cet article (à la base, je devais rendre ma copie pour le 22 mars). De retour en France, j'ai opté pour une adaptation de différents produits de ces îles, créant un plat qui devrait être adopté d'ici peu comme plat national (j'attend l'accord de leur président, mais les autochtones sont déjà d'accord, si j'en crois les chants à ma gloire entendus lors de mon départ). Ce sera donc un tartare de langoustines au kiwi et au lait de coco.

Lire la suite

L'agneau de Pâques : carré d'agneau en croûte de pain d'épices aux deux purées, réduction d'hypocras

09 04 2009

Ce week-end, c'est Pâques !! Les cloches venues de Rome vont sillonner le ciel et déposer dans nos jardins plein de douceurs chocolatées. Fête religieuse, moment attendu par les enfants, réunion familiale, tout le monde a sa conception de Pâques. Et parmi toutes ces traditions, aux fourneaux, il est quasi impossible de passer à côté de l'agneau.


En général, c'est l'occasion de réaliser une épaule ou un gigot qui aura confit, à basse température ou non. D'ailleurs, d'ici quelques temps, vous pourrez retrouver sur C ESSTRA ma version du gigot de 7 heures. Mais pour cette fois, pourquoi ne pas profiter de cette fête pour réaliser un plat un petit peu plus original ? Ca ne vous prendra guère plus de temps, et le résultat est délicieux. Que dis-je ... le résultat est ESSTRA !!


La recette que je vous propose donc est un carré d'agneau recouvert d'une croûte de pain d'épices, accompagné de deux purées : une mousseline de celeri rave (dont c'est la fin de la saison) et une purée de pomme de terre à la vanille pour rester dans les épices. Et pour lier tout ça, une sauce à base de réduction de vin rouge aux épices (et oui toujours), façon hypocras. Alors prenez un cahier et un stylo, on se retrouve dans la suite de l'article ;)


Lire la suite

les clapiottes de Zaza Martinez #8 : la tagamousse !!

01 04 2009

Et non, ce n'est pas un poisson d'avril !! Pour votre plus grand bonheur, sonnez hautbois, lâchez les colombes, allumez les feux d'artifice, ZAZA MARTINEZ EST DE RETOUR !!! Un de nos limiers l'a retrouvée dans la jungle amazonienne, la langue rougie, les yeux hagards. Visiblement en état de choc, bavant un jus rose pâle, elle ânonnait des paroles incompréhensibles comme quoi son corps était devenu mousse et son cœur était devenu sucre. Nous l'avons fait immédiatement rapatrier chez nous et l'avons placée sous contrôle alimentaire. Nous avons craint qu'elle se fasse embrigader dans une secte amérindienne, vénérant on ne sait quelle divinité malsaine ... Que nenni !! Après quelques perfusions de clapiottes, Zaza Martinez nous est revenue en forme, fraîche et dispo. Elle a pu nous raconter qu'elle était partie à la recherche de la clapiotte ultime, sillonnant le monde entier et testant des milliers de recettes. Au final, et l'histoire ne raconte pas comment elle en est arrivée là, elle s'est retrouvée dans la jungle amazonienne n'ayant pour seuls vivres qu'un litre de lait et un sachet de bonbons en forme de fraise (vous savez, ces bonbons qui nous font penser à la chanson de joe dassin : "tagada, tagada, voilà les Dalton").


N'écoutant que sa faim, elle décida de faire un sort à ses derniers vivres. Et là, quelle ne fut pas sa stupeur de constater que les bonbons avaient fondu et que le lait, balloté qu'il était par une marche forcée à travers la jungle, s'était transformé en chantilly. Elle prit alors une gorgée de bonbons et une bouchée de chantilly, et là, tel le chevalier retirant son épée sous une lumière divine, tout lui devint subitement limpide. LA clapiotte ultime serait cette tagamousse ... Bon, après, elle est partie dans un délire, et c'est à cet instant que nous l'avons retrouvée.


Et bande de petits veinards, cette tagamousse, Zaza Martinez vous l'offre avec bon cœur pour son retour.

Lire la suite