Ingrédients pour 2 personnes
 8 écrevisses ou langoustines vivantes
 1 oignon cébette
 1 kiwi
 1 citron vert
 piment (cayenne, oiseau ou d'espelette)
 1 brique de lait de coco
 quelques noix de cajou


D'après ce que j'ai lu des traditions culinaires des îles Tokelau, les habitants, en quasi autarcie, utilisent beaucoup les ingrédients que la nature leur donne. Et comme quand on habite un archipel composé de trois îles chacune moins grande que Moncuq (le village), l'endroit n'est pas propice aux cultures céréalières et aux élevages d'animaux. Du coup, ils se rabattent sur l'océan et les rivières. Apparemment, un des mets les plus appréciés est l'écrevisse (crayfish en anglais).

Partant de ce principe, j'avais au début décidé de réaliser un tartare avec des écrevisses, de la coco (disponible à foison sur les plages), et du kiwi (pour le côté nouvelle-zélande des îles). Rendu chez mon poissonnier, point d'écrevisse mais de superbes langoustines encore vivantes. Soit, je me suis laissé tenter. En plus, ça m'a permis de rigoler un bon coup en voyant la femme du poissonnier avoir peur d'une langoustine vivante ... Ah ces parisiens ...


Pour garder les langoustines le plus frais possible, je vous conseille de les mettre au frigo dans un linge humide. Pendant ce temps, on prépare la base du tartare. Dans un cul de poule, mélangez les kiwis coupés en dés, l'oignon ciselé (ciselez la tige en rondelles, et le bulbe en mirepoix) avec le jus d'un citron vert. Ajoutez un tout petit peu de zeste (un à deux coups de râpe), quelques pincées de piment (suivant la force), et mélangez. Ajoutez le lait de coco, et réservez.

Pour ce tartare, il n'y a pas besoin d'huile, étant donné que le lait de coco est suffisamment gras comme ça.


Maintenant, on peut s'occuper des langoustines. Si comme moi vous les avez choisies vivantes, ça va être la partie un peu "gore". Mais laissons notre sensibilité de côté et rappelons-nous que nous sommes au sommet de la chaîne alimentaire. Au pire, passez les langoustines 5 minutes au congélateur afin de les endormir (et endormir, par là même, votre conscience). Car vous l'aurez compris, il va falloir les décortiquer vivantes.

Pour cela, on commence par donner un quart de tour à droite puis à gauche à la tête. On tire, et celle-ci vient toute seule. Au bout de la queue, vous avez 3 écailles. On fait subir le même sort à l'écaille du milieu et en tirant, on s'assure que l'intestin (long fil noir) vient avec. Puis on décortique le reste. On obtient une chair superbe, d'un rose nacré.

Il ne reste plus qu'à découper cette chair en petits dés, et à mélanger au reste de la marinade, puis à conserver au frigo, dans un récipient recouvert d'un film alimentaire, pendant 30 minutes. Au moment de servir, parsemez le tartare de noix de pécan (ou de noix du brésil si vous en trouvez) concassées. Reste plus qu'à vous régaler en rêvant que vous êtes sur une des plages paradisiaques de Tokelau. Esstra ...