Et non, ce n'est pas un poisson d'avril !! Pour votre plus grand bonheur, sonnez hautbois, lâchez les colombes, allumez les feux d'artifice, ZAZA MARTINEZ EST DE RETOUR !!! Un de nos limiers l'a retrouvée dans la jungle amazonienne, la langue rougie, les yeux hagards. Visiblement en état de choc, bavant un jus rose pâle, elle ânonnait des paroles incompréhensibles comme quoi son corps était devenu mousse et son cœur était devenu sucre. Nous l'avons fait immédiatement rapatrier chez nous et l'avons placée sous contrôle alimentaire. Nous avons craint qu'elle se fasse embrigader dans une secte amérindienne, vénérant on ne sait quelle divinité malsaine ... Que nenni !! Après quelques perfusions de clapiottes, Zaza Martinez nous est revenue en forme, fraîche et dispo. Elle a pu nous raconter qu'elle était partie à la recherche de la clapiotte ultime, sillonnant le monde entier et testant des milliers de recettes. Au final, et l'histoire ne raconte pas comment elle en est arrivée là, elle s'est retrouvée dans la jungle amazonienne n'ayant pour seuls vivres qu'un litre de lait et un sachet de bonbons en forme de fraise (vous savez, ces bonbons qui nous font penser à la chanson de joe dassin : "tagada, tagada, voilà les Dalton").


N'écoutant que sa faim, elle décida de faire un sort à ses derniers vivres. Et là, quelle ne fut pas sa stupeur de constater que les bonbons avaient fondu et que le lait, balloté qu'il était par une marche forcée à travers la jungle, s'était transformé en chantilly. Elle prit alors une gorgée de bonbons et une bouchée de chantilly, et là, tel le chevalier retirant son épée sous une lumière divine, tout lui devint subitement limpide. LA clapiotte ultime serait cette tagamousse ... Bon, après, elle est partie dans un délire, et c'est à cet instant que nous l'avons retrouvée.


Et bande de petits veinards, cette tagamousse, Zaza Martinez vous l'offre avec bon cœur pour son retour.

Lire la suite